Au-dessus de la mêlée (L'édition intégrale): Le plus célèbre manifeste pacifiste de la Grande Guerre (Au peuple qui souffre pour la Justice, Les Idoles, Pour l'Europe, Le meurtre des Élites…) par Romain Rolland

Au-dessus de la mêlée (L'édition intégrale): Le plus célèbre manifeste pacifiste de la Grande Guerre (Au peuple qui souffre pour la Justice, Les Idoles, Pour l'Europe, Le meurtre des Élites…)

Titre de livre: Au-dessus de la mêlée (L'édition intégrale): Le plus célèbre manifeste pacifiste de la Grande Guerre (Au peuple qui souffre pour la Justice, Les Idoles, Pour l'Europe, Le meurtre des Élites…)

Éditeur: e-artnow

Auteur: Romain Rolland


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Romain Rolland avec Au-dessus de la mêlée (L'édition intégrale): Le plus célèbre manifeste pacifiste de la Grande Guerre (Au peuple qui souffre pour la Justice, Les Idoles, Pour l'Europe, Le meurtre des Élites…)

Ce livre numérique présente "Au-dessus de la mêlée (L'édition intégrale) " avec une table des matières dynamique et détaillée. Notre édition a été spécialement conçue pour votre tablette/liseuse et le texte a été relu et corrigé soigneusement.

Romain Rolland (1866-1944), est un écrivain français, lauréat du Prix Nobel de littérature en 1915. Au-dessus de la mêlée est un texte sur la Première Guerre mondiale publié en 1914, c’est l’opiniâtreté de Rolland dans sa lutte contre la guerre. Son exigence de justice le poussa à rechercher la paix pendant et après la Première Guerre mondiale. Romain Rolland est l'homme de la fédération des esprits contre la barbarie et sans doute l'un des plus fervents soutiens de la Société des Nations. L'Europe, qui meurt quand ses citoyens s'y entre-déchirent, est pour Romain Rolland plus qu'un Lebensraum (espace vital), mais une cité de l'Exigence morale et spirituelle.

Extrait:

"Ô jeunesse héroïque du monde ! Avec quelle Joie prodigue elle verse son sang dans la terre affamée ! Quelles moissons de sacrifices fauchées sous le soleil de ce splendide été !... Vous tous, jeunes hommes de toutes les nations, qu’un commun idéal met tragiquement aux prises, jeunes frères ennemis — Slaves qui courez à l’aide de votre race, Anglais qui combattez pour l’honneur et le droit, peuple belge intrépide, qui osas tenir tête au colosse germanique et défendis contre lui les Thermopyles de l’Occident, Allemands qui luttez pour défendre la pensée et la ville de Kant contre le torrent des cavaliers cosaques, et vous surtout, mes jeunes compagnons français, qui depuis des années me confiez vos rêves et qui m’avez envoyé, en partant pour le feu, vos sublimes adieux, vous en qui refleurit la lignée des héros de la Révolution — comme vous m’êtes chers, vous qui allez mourir !....."

Livres connexes

Ce livre numérique présente "Au-dessus de la mêlée (L'édition intégrale) " avec une table des matières dynamique et détaillée. Notre édition a été spécialement conçue pour votre tablette/liseuse et le texte a été relu et corrigé soigneusement.

Romain Rolland (1866-1944), est un écrivain français, lauréat du Prix Nobel de littérature en 1915. Au-dessus de la mêlée est un texte sur la Première Guerre mondiale publié en 1914, c’est l’opiniâtreté de Rolland dans sa lutte contre la guerre. Son exigence de justice le poussa à rechercher la paix pendant et après la Première Guerre mondiale. Romain Rolland est l'homme de la fédération des esprits contre la barbarie et sans doute l'un des plus fervents soutiens de la Société des Nations. L'Europe, qui meurt quand ses citoyens s'y entre-déchirent, est pour Romain Rolland plus qu'un Lebensraum (espace vital), mais une cité de l'Exigence morale et spirituelle.

Extrait:

"Ô jeunesse héroïque du monde ! Avec quelle Joie prodigue elle verse son sang dans la terre affamée ! Quelles moissons de sacrifices fauchées sous le soleil de ce splendide été !... Vous tous, jeunes hommes de toutes les nations, qu’un commun idéal met tragiquement aux prises, jeunes frères ennemis — Slaves qui courez à l’aide de votre race, Anglais qui combattez pour l’honneur et le droit, peuple belge intrépide, qui osas tenir tête au colosse germanique et défendis contre lui les Thermopyles de l’Occident, Allemands qui luttez pour défendre la pensée et la ville de Kant contre le torrent des cavaliers cosaques, et vous surtout, mes jeunes compagnons français, qui depuis des années me confiez vos rêves et qui m’avez envoyé, en partant pour le feu, vos sublimes adieux, vous en qui refleurit la lignée des héros de la Révolution — comme vous m’êtes chers, vous qui allez mourir !....."

Ce livre numérique présente "Au-dessus de la mêlée (L'édition intégrale) " avec une table des matières dynamique et détaillée. Notre édition a été spécialement conçue pour votre tablette/liseuse et le texte a été relu et corrigé soigneusement.

Romain Rolland (1866-1944), est un écrivain français, lauréat du Prix Nobel de littérature en 1915. Au-dessus de la mêlée est un texte sur la Première Guerre mondiale publié en 1914, c’est l’opiniâtreté de Rolland dans sa lutte contre la guerre. Son exigence de justice le poussa à rechercher la paix pendant et après la Première Guerre mondiale. Romain Rolland est l'homme de la fédération des esprits contre la barbarie et sans doute l'un des plus fervents soutiens de la Société des Nations. L'Europe, qui meurt quand ses citoyens s'y entre-déchirent, est pour Romain Rolland plus qu'un Lebensraum (espace vital), mais une cité de l'Exigence morale et spirituelle.

Extrait:

"Ô jeunesse héroïque du monde ! Avec quelle Joie prodigue elle verse son sang dans la terre affamée ! Quelles moissons de sacrifices fauchées sous le soleil de ce splendide été !... Vous tous, jeunes hommes de toutes les nations, qu’un commun idéal met tragiquement aux prises, jeunes frères ennemis — Slaves qui courez à l’aide de votre race, Anglais qui combattez pour l’honneur et le droit, peuple belge intrépide, qui osas tenir tête au colosse germanique et défendis contre lui les Thermopyles de l’Occident, Allemands qui luttez pour défendre la pensée et la ville de Kant contre le torrent des cavaliers cosaques, et vous surtout, mes jeunes compagnons français, qui depuis des années me confiez vos rêves et qui m’avez envoyé, en partant pour le feu, vos sublimes adieux, vous en qui refleurit la lignée des héros de la Révolution — comme vous m’êtes chers, vous qui allez mourir !....."